Derniers sujets

Saltimbanque Li Xie - Empire Nuwa

Aller en bas

Li Xie
ADA
SGF

-
-

INT
PRE

-
-

PER
CAR

-
-
Li Xie

-
-
AcrobatiesSurvieArts et artisanatDéterminationCorps à corpsIntimidationMédecine et soinsSavoir et cultureComédieNégociationCharismeSéductionVigilanceEmpathieCombat à distanceManoeuvreRésistanceNature et dressage

le Jeu 13 Juin 2019 - 3:00
Né(e) en 2000-06-14
Kaiming De Ren
Empire Nuwa
Saltimbanque Li Xie
Possessions et familiers :
Xie ne quitte jamais sa malle remplie de belles choses nécessaires à la pratique de son art : Éventails ornés, rubans, assiettes et autres. Trousseau chargé d'étoffes, robes, coiffes et parures, et une impressionnante collection de cosmétiques.Ainsi que son fidèle destrier, une sauterelle géante : Waiwai.
Description physique
Xie est hors normes. Non pas qu'il soit obèse, au contraire la créature ne mesure qu'un petit mètre soixante-cinq pour une cinquantaine de kilos. Ce qui le démarque des autres garçons, précisément, c'est qu'il n'a rien d'un garçon. Même si les Kaimings De Ren sont réputés pour, de toutes les races, êtres les moins imposants, au sein même de ses congénères, le petit Xie dénote. Sa stature frêle, ses os fins et sa peau d’albâtre respirent la fragilité. Mais ce n'est pas tout. Imberbe, la voix cristalline, l'absence d'angularité au niveau de sa mâchoire, la puberté ne laissa aucune trace de son passage sur le jeune homme, hormis peut être une poussée de croissance lui permettant d'égaler de justesse certains Laoshus du village.
Pour résumer simplement, l’entièreté de ses traits évoque le mot "gracile". De son nez fin à ses yeux bridés, cachant des iris d'un noir de jais. De ses longues jambes à sa taille fine en passant par ses bras dont les poignets semblerait se briser sous la moindre pression. Et ses doigts, ces longs doigts, qui semble encore s'étendre, encore, par l'intervention de ses ongles taillés à la mode Nuwa, laqués comme il se doit.
De ce corps androgyne, Xie joua en poussant la chose à son paroxysme. Ainsi il arbore fièrement une chevelure d'ébène, lisse et brillante comme la soie, descendent de sa nuque en cascade, pour s'échouer près de ses reins et venir flirter avec ses petites fesses rebondies, musclées par l'exercice de ses acrobaties. Au contraire ses sourcils eux, demeurent pratiquement absent. En effet le jeune homme les épiles pour mieux les dessiner chaque jour, traçant différents traits selon son humeur. Cela vient renforcer la théâtralité de son visage, qui, souvent fermé, laisse les passants dans le mystère. On ne fait pas sourire le saltimbanque, c'est lui qui vous fait sourire.
Le jeune homme passe un temps considérable à prendre soin de son corps. Bien sûr la pratique de son art l'oblige à cela, mais il prend un réel plaisir à se brosser les cheveux tous les soirs, se farder d'une pléthore de poudres, de fards et d'antimoine, s'enduire la peau de crèmes et onguents divers, limer ses ongles et réfléchir pendant une après-midi à propos de l'ensemble qu'il portera deux jours plus tard.
Xie est coquet, et cela se voit.
Les vêtements qu'il porte lors de ses différents spectacles varient, mais le point commun les liant tous est leur fabuleuse excentricité. Perles, rubans, dentelle et satin, du noir au blanc en passant par les teintes les plus loufoques. Danser et voltigé ne fait pas tout. Savoir habiller ses acrobaties d'étoffes est une des clés de son art. En dehors de ses représentations, il n'est pas rare de le voir porter un kimono de femme ou parfois une tunique d'homme, comme on en trouve dans tout l'empire. Cependant, vêtu d'habits de femme, l'illusion prends plus que s'il tente de s'habiller en homme. Il peut ainsi se promener en toute sécurité dans la rue, accoutré à la façon d'une femme. S'il met des habits taillés pour les détenteurs d'attributs génitaux masculins, son androgynie est si marquée qu'il aurait plutôt l'air d'une femme se déguisant en homme. Xie est donc un homme se déguisant en femme car s'il en venait à s'habiller en homme il passerait pour une femme se déguisant en homme. Vous suivez toujours ? Mais est ce que la notion de "femme" et d' "homme" a encore sa place face à ce petit être qui, finalement ni homme, ni femme, peut-être les deux à la fois, jongle avec les genres aussi bien qu'avec des quilles enflammées ?
S'il n'est pas entrain de s’enrubanner avec le vent, Xie est constamment entouré d'une fumée blanche et épaisse sortant de la mèche de son porte cigarette, aussi long et fin que lui. Il réussi même à chevaucher sa sauterelle en amazone, clope aux lèvres, sans que la braise ne s'éteigne. Cela peut faire penser, au loin, à une sorte d'invention du royaume austral, une sauterelle à vapeur.
Xie est en constante transformation, passant d'étoffe en étoffe pour l'amour du spectacle. La seule chose qui ne le quitte jamais est un petit fragment de cristal laiteux, attaché à sa cheville droite par un ruban d'un blanc mate.
Description du caractère
Xie est un jeune homme "fougueux comme une femme" comme on dirait dans l'empire Nuwa. L'aventure le fait vibrer et c'est ce qu'il recherche par dessus tout. Sa liberté, il s'y attache comme à la vie. Et les rafales qui fouettent son visage quand il chevauche sa sauterelle font battre son cœur. La vitesse, la vie, ces deux choses ne font qu'une en son âme. Une vie à cent à l'heure, c'est ce à quoi le jeune homme aspire.
Xie est comme le renard. Rusé. Calculateur, dans ses représentations comme dans la sphère sociale, ses mouvements ne sont que rarement dûs au hasard. D'ordinaire, il se montre calme et apaisé. Prudent, il sait se faire discret quand il le faut, malgré sa fâcheuse tendance à choisir un accoutrement allant à l'encontre même du principe de discrétion, rendant la chose d'autant plus surprenante. Bien qu'excentrique, le jeune homme à conscience du monde dans lequel il se trouve, et de ce qu'il incarne au sein de ce dernier. Bien que sa situation d'homme du spectacle lui permet de justifier son apparence hors du commun, il ne se fait pas d'illusions : S'habiller comme bon lui semble peut lui coûter cher. S'il se promène seul le soir dans un quartier mal fréquenté, il préférera s'habiller en femme. De cette manière, les quelques sacripantes, fripouilles, crapules et autres gentes dames de la rue ne remarqueront que rarement qu'il s'agit d'un homme et évitera ainsi les problèmes. Furtif, il connait le bruit du pas que personne n'entend, le chemin par lequel se faufiler sans se faire remarquer. Lâche, il choisir toujours la fuite aux conflits directes, mettant en œuvre tout son art pour ce faire : Agilité, vitesse, surprise et séduction, sautant de toits en toits, avec une adresse toute féline. Mais si l'on arrive à le prendre au piège et que le renard ne trouve aucun échappatoire, il perdra tous ses moyens, tremblant comme une feuille sous la tempête. Ici réside son point faible, broyé par la peur et l'absence de sang froid. Il évite donc un maximum les conflits, préférant aux altercations hostiles une discussion plutôt cordiale graissée de compliments et de sourires déguisés en amitié.
S'il sait donc se montrer amicale dès le premier abord, le renard n'est pas pour autant méfiant comme tout. Méfiance inscrite dès la première page du livre de sa nature profonde. Il n’accorde sa confiance qu'après de longs mois, et sa loyauté qu'après de longues années. S'il vous suit de but en blanc sans marque de méfiance apparente, c'est que vous possédez, d'une façon ou d'une autre, un moyen d'accéder à ce qu'il convoite, ou bien de satisfaire sa curiosité. Car oui, la curiosité, quel vilain défaut, anime le jeune androgyne de la plante de ses pieds jusqu’à la pointe de ces cheveux. S'il entends de son oreille affutée la rumeur d'un potin croustillant au loin, ou le murmure d'une affaire qui semble sortir de l'ordinaire et qui pourrait tromper son ennuie, il y a fort à parier qu'il y ira bientôt de sa petite enquête. Pour le meilleur comme pour le pire.
Amoureux du faux et de l'illusion, Xie aime tromper. Si cela apporte à ses spectacles le mystère et la surprise, cela s'écoule, dans sa vie quotidienne, comme un venin corrosif. En effet, la satané bestiole est une vraie langue de vasier. Et si par l'avant elle graisse abondamment la patte de celui qui veut bien y croire, par l'arrière, c'est une pluie de flèches que le jeune homme fait ployer sur les pauvres badeaux. Il s'attaque aux détails les plus ingrats, taillant physique, coiffure, facultés cérébrales ou encore le service rendu. Même ce minuscule grain de beauté dissimulé derrière l'oreille. Tout y passe et pour sûr, l'amie Waiwai, sauterelle de haute voltige, à due entendre les horreurs les plus affreuses sur les plus pures créatures de l'empire, suivis d'éclats de rires mauvais. La peste qu'il est critique pour son pur plaisir, sorcière chevaucheuse d'insecte, caquètant telle une vieille mégère en remuant sa tambouille a satire.
Xie, belle fleur du Kaiming De Ren, aime plaire et charmer. Les applaudissements de la foule sont à Xie ce que les rayons du soleil sont à la Tiaowu De Hua. Il se sent entier, accomplis, quand les acclamations pleuvent sur lui, preuves concrètes et grandiose de l'approbation générale de sa beauté, sa grâce et surtout de son art. Xie n'a pas d'ennemis notable, un bruit court simplement dans le Sheng Dao, que si une voltigeuse arrive dans la ville à dos de sauterelle géante, il vaut mieux mettre ses deux yeux sur sa marchandise, même ouvrir son troisième oeil si cela est possible, et y regarder à deux fois. Mais ce n'est qu'un bruit, une rumeur, puisque jusqu'alors, comme un chat, Xie a toujours su retomber sur ses pattes.
Vous l'aurez compris, si Xie était une fleur, il serait la plus vénéneuse de toutes, au poison le plus corrosif et bardé d'épaisses rangées de ronces. Cependant, il resterait une splendide fleur au parfum acidulé, malgré tout.
Il est vrai, chacun porte ses défauts dans son sac à dos. Cependant, Xie, si l'on fouille bien, a lui aussi quelques qualités dans ses bagages de vie. Bien au fond de la bourse, si on racle fort.
Hérité de sa mère, l'amour de la vie et la volonté de la faire resplendir du mieux qu'il peut l'anime à chaque pas de danse, à chaque saut périlleux, à chaque jeté d'éventail et à chaque coup de pinceau qu'il trace sur ses lèvres. Ainsi son art n'est pas qu'une vaste supercherie visant à s'attirer les louanges du public pour flatter son égo, mais aussi une façon particulière d'embellir l'existence, à la manière des cerisiers en fleurs, un soir d'Amata.
Du côté de son père, c'est une douceur extrême et mielleuse que Xie reçu en cadeau. Jeune homme en fleur, il rêve profondément du grand amour. Et bien qu'il fût obligé par les aléas de la vie d'enrubanner cette sensibilité dans un nid de ronces, elle n'attends qu'à voir le jour. Cette partie de son être lui est insupportable et il la refoule du mieux qu'il peut. A faire du monde sa pièce de théâtre, on en oublie que l'on incarne juste un rôle.
Alors, son venin n'est peut-être pas si corrosif que ça ?
Pourrait-on même dire que le petit Xie aime profondément le genre humain ?
N'allons pas jusque là.
Enfin, la curiosité évoqué plus haut est elle aussi actrice de l'amour de la vie que porte Xie. S'il est curieux de ce qu'il se passe autour de lui, cela ne suffit guère au jeune saltimbanque. C'est une soif d'aventure, de découvrir le monde, ce beau monde, et de le voir de ses propres yeux, qui anime le jeune homme, pompe le sang dans son corps et lui fait prendre une respiration de plus. Encore.
Histoire du personnage
Le foyer Li est une de ces petites familles qu'on retrouve dans un des petits villages des plaines de Pengyuan. C'est ici que Xie est né, un soir en fin de saison d'Amata. Sa famille est très aimante. Sa mère, en tant que bonne cheffe de famille, travaille dure aux champs pendant que son époux s'occupe avec affection de l'unique enfant du foyer, tout en prenant soin de la chaumière familiale.
Xie, tout petit alors, développe un caractère fort peu masculin. Très aventureux, il aime, depuis qu'il sait se tenir sur ses deux pattes arrières, gambader aux alentours du village, malgré les recommandations et réprimandes de son père "Les Lycaoras te mangeront si tu pars trop loin de la maison ! " et les violentes corrections de sa mère "Malheureux que tu es de t'aventurer loin du village seul ! Tu ne peux pas être comme tous les garçons de ton âge et sagement jouer à la poupée ? " suivi d'une fessé bien méritée. Mais le petit Xie, se sentant bien peu concerné par toute cette agitation à propos de ses escapades, continua, en bravant les interdictions, à gambader de plus en plus loin. Jusqu'au jour où il tomba nez à nez face à une sorte de pâté étrange et gluant. En son sein, des boules blanches de la taille d'un pot de fleur étaient disposées ça et là. Intrigué, le jeune Xie rapporta une de ces boules près de chez lui et la cacha dans un buisson. Le lendemain, ce n'était plus une sphère mais une sorte de larve étrange, d'un vert vif et couronnée de deux grandes antennes qui se tenait devant lui. Il joua avec la petit bestiole toute la journée et nous pouvons dire que d'une manière où d'une autre, un lien d'amitié naquit entre ces deux enfants ce jour là. Xie venait d'apprivoiser une sauterelle géante Zhong/Kaimetsu (nom à déterminer) sans le savoir. Elle deviendra son amie la plus fidèle en grandissant. Imaginés la tête de ses parents, lorsque Xie, couvert de boue, ramena le monstre à la maison. D'abords effrayés, ils laissèrent les choses se faire face à cette sauterelle qui, visiblement, n'avait rien de méchante, et adoptèrent eux aussi cette belle demoiselle, malgré les "on dit" du village. "Les apparences sont trompeuses, elle n'est pas si méchante que ça cette bê-bête ! " déclara la mère de Xie, amusée.
Voir son amie sauter donnait l'envie au jeune garçon de faire de même, et de saut en saut, il améliorait ses performances, devenait de plus en plus agile.
A côté de ses petites aventures, Xie était un enfant particulièrement attiré par la danse. Certains bons hommes du village racontent même qu'il aurait appris à danser avant d'apprendre à marcher. Chaque fête du village, chaque morceau que le gamin entendait de manière générale, était une occasion de plus de travailler ses pas, d'en inventer de nouveaux. D'abord en manque de cohésion, ses chorégraphies se perfectionnèrent de jour en jour, d'abord par le jeu, puis par un entrainement quotidien, accompagné de Waiwai, dont il imitait les sauts.
Un jour, la mère de Xie partit avec les autres femmes du village pour chasser une horde de Lycaoras qui rodaient dans les environs. Elle ne revint jamais.
Le père de Xie, désemparé, fût contraint de travailler les champs à la place de sa femme pour subvenir aux besoin de la famille.
Xie, anéanti par la perte de sa mère, combla son chagrin dans la danse et la voltige pendant que son père, lui, noya le sien dans l'alcool. La relation qu'entretenait alors les deux hommes se détériora drastiquement.
Adolescent, il devint l'assistant de la guérisseuse du village pour pouvoir s'éloigner de son père. Là-bas il appris les rudiments de la médecine de campagne. C'est à dire beaucoup de rituels et de grigris, de plantes, de pattes d'animaux et de pierres aux vertus multiples plutôt que de réels médicaments. Si il n'aimait pas tant que ça la "vieille mémé croupie", comme il l'appelait, elle lui aura transmis tout de même les rudiments d'un savoir ancestral et une foi aux croyances provinciales, dont les apparentes superstitions ne parviennent pas à cacher un fond marqué de vérité mystique.
Lorsque mamie croupie passa de l'autre côté et que Xie n'eut pas d'autres choix que de retourner chez son père devenu déchet, le jeune androgyne décida qu'il avait finalement un autre choix. Il prit le cristal de la guérisseuse, "après tout ce dernier ne lui sera plus d'une très grande utilité, là où elle est hihi" déclara t'il à l'amie Waiwai en ricanant. Il chevaucha sa sauterelle, quittant tout ce qu'il connaissait, et joignit la ville la plus proche.
Les débuts furent très difficiles, mais il s'entraina, et à seize ans, le jeune homme attirait déjà la foule grâce à ses acrobaties impressionnantes, ses sauts de plus de quatre mètres, propulsé par les pattes arrières, puissants ressorts, de Waiwai. Ses numéros de grâce lente et splendide avec ses éventails et l'exquise perfection de ses vêtements qu'il chipait ça et là, avant de s'enfuir, étaient enchanteurs.
Aujourd'hui, Xie a dix-neuf ans. Il est devenu une petite célébrité locale dans les provinces de Pengyuan. S'il n'est pas très riche, il gagne suffisamment sa vie pour s'acheter les trois quarts de ce qu'il lui est nécessaire. Il dérobe le reste puis s'enfuit vers une autre destination, ce qui lui a valut une autre sorte de réputation, notamment chez les commerçants des villes de Pengyuan... Mais l'androgyne commence à s'ennuyer dans sa province. Il songe à la capitale, et à Naporia, et pourquoi pas le reste du monde ? Après tout, il repousse sans cesse les limites de son art, pourquoi ne pas repousser les limites de son périple ? Déambulant de ville en ville à dos de sauterelle géante, Xie est près à sortir de sa province natale et découvrir le vaste monde. Tout cela sur fond de danses chimériques, d'outfits suaves et de ragots qui croquent sous la dent !


Chronologie
  • 2000-06-14

    Une fleur qui germe

    Naissance de Xie dans un petit village situé dans les plaines Pengyuan
  • 2005-03-26

    Une fleur et son amie

    Découverte d'une larve de sauterelle géante que l'on baptisera Waiwai
  • 2012-11-13

    Une fleur s'épanouie sur le cadavre des autres

    Maman meurt dévorée par des Lyacoras, papa sombre dans l'alcoolisme
  • 2012-12-02

    Une fleur thérapeutique

    Début de l'assistanat de la guérisseuse du village
  • 2016-06-14

    Une fleur fânée et une autre en pleine éclosion

    Mort de la guérisseuse et fuite de Xie vers une nouvelle vie de Saltimbanque
  • 2019-06-13

    Une fleur épanouie

    Xie vit sa vie d'artiste ambulant dans le Pengyuan depuis deux ans, bientôt trois
Traits
Reconnu
Irrésistible
Energique
Animal indispensable


Ennemi peu influent
Lâche
Addiction légère
Curieux
Signe distinctif
Domaines
Adaptabilité4Intelligence3Perception4
CompTotalCompTotalCompTotal
Acrobaties37Médecine et soins14Vigilance26
Survie04Savoir et culture03Empathie26
Arts et artisanat26Comédie25Combat à distance04
Sang-Froid2Présence3Carrure2
CompTotalCompTotalCompTotal
Détermination02Négociation03Manoeuvre02
Corps à corps02Charisme03Résistance02
Intimidation02Séduction25Nature et dressage24


Joueur
Pseudonyme : Gloutri, mais vous pouvez m'appeler "Bel Apollon" ou encore "Soleil de ma vie"
Âge : Dix-huit ans
Première fois sur un forum : Non, pas vraiment
Vos suggestions : J'adore critiquer, mais je dois dire que là je sèche...
Avez-vous des doubles comptes : Non, laissez moi le temps d'arriver enfin !
Comment avez-vous connu le forum : Par un top site je crois, mettons cela sur le compte du hasard de la vie ;)
Artiste de l'avatar : Karl BANG


Dernière édition par Li Xie le Dim 16 Juin 2019 - 1:52, édité 1 fois


Li Xie
ADA
SGF

-
-

INT
PRE

-
-

PER
CAR

-
-
Li Xie

-
-
AcrobatiesSurvieArts et artisanatDéterminationCorps à corpsIntimidationMédecine et soinsSavoir et cultureComédieNégociationCharismeSéductionVigilanceEmpathieCombat à distanceManoeuvreRésistanceNature et dressage

le Dim 16 Juin 2019 - 1:49
Bonjour Bonsoir !

Je vous signale juste que ma fiche est terminée et qu'elle est prête à se faire lacérée et détruire par les mains expertes des modos c:

Trop trop hâte de lire vos critiques quant à ce petit garçonnet ! Vomi2

Bisous et sauts périlleux Bisou2


Revenir en haut